Archives de catégorie : Vidéos

Allocutions d’ouverture et introductions au colloque

La séance inaugurale du colloque, le 21 février 2013, a été ouverte par François Weil, recteur de l’académie de Paris, chancelier des universités ; Jean-Marc Sauvé, vice-président du Conseil d’État et Pierre-Cyrille Hautcœur, président de l’EHESS. Voici l’enregistrement vidéo des allocutions d’accueil (pour consulter le discours de François Hollande, président de la République, cliquer ici)

Les allocutions d’accueil et le discours du Président de la république furent suivis par la présentation générale du colloque faite par Marc Olivier Baruch (EHESS) et la conférence introductive de Mireille Delmas-Marty (Collège de France), intitulée « La marge et l’indérogeable, rétrospective et prospective« 

________
Crédit bandeau : Christopher Sessums – Slides Box Paperwork en cc sur Flickr

« Prise de pouvoir et mise au pas » (Session 1)

La première session du colloque, intitulée « Prise du pouvoir et mise au pas » s’est tenue dans l’amphithéâtre François de l’EHESS le 22 février 2013. Voici, en guise d’introduction, l’extrait de la présentation générale du colloque par Marc Olivier Baruch concernant cette session :

« Il faut en effet une réelle prudence pour mettre en relations les épurations du salazarisme ou celles décidées par Vichy avec la brutalité du fascisme, les meurtres de masse de la guerre d’Espagne, le délire génocidaire du nazisme, le stalinisme sanguinaire des procès de Moscou puis celui qui s’implanta par ruse et par force derrière le rideau de fer.

Ce sera néanmoins le rôle de la première session, Prise du pouvoir et mise au pas, que de repérer à travers l’extrême diversité des situations et des régimes, d’éventuels dispositifs communs visant à s’assurer l’obéissance de l’appareil d’état. Chacune à sa manière, violente ou tacite, toute dictature s’installant ne propose-t-elle pas un marché à ses fonctionnaires ? Exclure, fût-ce de manière définitive, les « indignes » et en contrepartie gratifier les « dignes » – « remplir les bons d’amour et les méchants d’effroi« , lisait-on déjà chez Corneille… » (revoir la présentation dans son ensemble)

L’enregistrement suivant correspond à la première partie de cette session et contient les interventions de Jean Massot (Conseil d’État) président de la séance, Didier Musiedlak (Université Paris Ouest-Nanterre La Défense) pour le rapport introductif et Tal Bruttmann (EHESS) pour une communication intitulée « Vichy à Genoble la préfecture de l’Isère de la Troisième République à l’État français« 

L’enregistrement suivant correspond à la seconde partie de cette session et contient les interventions de Donal O’Sullivan (California State University Northridge) pour une communication intitulée « Sovietizing Eastern Europe, 1945-1948 » et de Denis Bauchard (Diplomate) pour l’ouverture « D’hier à aujourd’hui…« 

_______
Crédit bandeau : Plashing Vole en cc sur Flickr

« Le droit, outil de légitimation ou garde-fou ? » (Session 2)

La seconde session du colloque, intitulée « Prise du pouvoir et mise au pas » s’est tenue dans l’amphithéâtre François de l’EHESS le 22 février 2013. Voici, en guise d’introduction, l’extrait de la présentation générale du colloque par Marc Olivier Baruch concernant cette session :

« On pourrait, pour résumer l’ambition de la deuxième session, Le droit, outil de légitimation ou garde-fou ?, détourner ce qu’écrivait Yves Lacoste de la géographie dans les années 1970 et se demander si « le droit, ça [ne] sert [pas] d’abord à faire de la politique » ?

On ne peut en effet qu’être troublé par l’absolu besoin de légitimité formelle que recherchèrent les meurtriers d’état, jusqu’au cœur des massacres.

En sens inverse, l’exemple des trois pays ouest-européens occupés par les nazis met en évidence les limites que l’institution peut opposer, si elle le souhaite, à l’instrumentalisation politique des savoirs et des habitus juridiques. La magistrature belge n’alla-t-elle pas ainsi, en janvier 1943, jusqu’à faire grève en présence de l’occupant ? » (revoir la présentation dans son ensemble)

L’enregistrement suivant correspond à la première partie de cette session et contient les interventions de Bernard Pêcheur (Conseil d’État), président de séance,  Olivier Cayla (EHESS) pour le rapport introductif, et Olivier Jouanjan (Université de Strasbourg) pour une une communication intitulée « Reinhard Höhn, juriste, SS et manager « 

L’enregistrement suivant correspond à la seconde partie de cette session et contient l’intervention d’Irène Carbonnier (magistrate) pour l’ouverture « D’hier à aujourd’hui…« 

_____

Crédit bandeau : Christian Schnettelker – Stamp Carousel en cc sur Flickr

« Pratiques professionnelles et marges de manœuvre » (Session 3)

La troisième session du colloque, intitulée “Pratiques professionnelles et marges de manœuvre” s’est tenue dans l’amphithéâtre François de l’EHESS le 23 février 2013. Voici, en guise d’introduction, l’extrait de la présentation générale du colloque par Marc Olivier Baruch concernant cette session :

La problématique n’est pas fondamentalement différente pour la troisième session, Pratiques professionnelles et marges de manœuvre. On n’est plus là dans le domaine de la définition de la norme mais dans celui de sa mise en œuvre.
Or les exemples abondent en effet – dans les deux sens, hélas ! – pour démontrer à quel point la connaissance intime des textes, des procédures, des circuits – bref la maîtrise du métier administratif est un facteur décisif de succès ou de freinage des politiques publiques. Que de destins se sont trouvés en jeu derrière le zèle, vrai ou feint, l’absence de zèle, vraie ou feinte, de tel ou tel agent public, à tel ou tel niveau de la hiérarchie !
Cette question de la marge de manœuvre est essentielle. Encore faut-il se la poser… Me vient à l’esprit – pardon pour cette comparaison peu laïque – la parole que Pascal fait entendre au Christ dans le Jardin des Oliviers : « Tu ne me chercherais pas si tu ne m’avais déjà trouvé » (pensée n° 553 dans l’édition Brunschvicg).

L’enregistrement suivant correspond à la première partie de cette session et contient les interventions de Danièle Lochak (Université Paris Ouest – Nanterre La Défense) présidente de la séance, Giovanni Focardi (Université de Padoue) pour le rapport introductif et de Julio Ponce Alberca (Université de Séville) pour une intervention intitulée « Setting Early Francoism : Central and Local Authorities in Spain, 1939-1949 » :

L’enregistrement suivant correspond à la seconde partie de cette session et contient les interventions de Chantal Kesteloot (CEGES-SOMA, Bruxelles) et Bénédicte Rochet (Université de Namur) pour une communication intitulée : « Gérer le « moindre mal » : l’administration de la Belgique occupée, 1940-1945″ et de Jean-Pierre Duport (préfet) pour l’ouverture « D’hier à aujourd’hui… »

_____
Crédit bandeau : TheeErin – 27B-stroke-6! Bloody paperwork! en cc sur Flickr

“Personnes, institutions et réseaux : la difficile posture du cavalier seul” (Session 4)

La quatrième session du colloque, intitulée “Personnes, institutions et réseaux : la difficile posture du cavalier seul” s’est tenue dans l’amphithéâtre François de l’EHESS le 23 février 2013. Voici, en guise d’introduction, l’extrait de la présentation générale du colloque par Marc Olivier Baruch concernant cette session :

Et puis, thème de la quatrième session (Personnes, institutions et réseaux : la difficile posture du cavalier seul), certains firent le saut. Comment ne pas rendre ici hommage au préfet Jean Moulin, dont le mois de juin verra le 70e anniversaire de l’affreuse fin ?

Lui, et un petit nombre d’autres fonctionnaires à ses côtés – en vérité plutôt du côté des obscurs et des sans-grades que des hauts commis – pouvaient-ils imaginer que leur mort servirait aussi, tant de décennies durant, à protéger la réputation d’administrations, d’institutions, de corps qui furent d’abord, et cela se comprend parfaitement, attentistes et ambivalents ?

Il faut la haute et prophétique voix de Bernanos pour tonner, dès 1943 – 1943 ! – contre tous ceux dont, je cite, « la conscience de fonctionnaire traversait les Océans pour courir au secours de la liberté menacée, tandis que leur corps de fonctionnaire restait à leur place, à moins qu’il ne se présentât au guichet« .

Ces cavaliers solitaires ont tous témoigné de ce qui leur en avait coûté, y compris après le retour à la normale, d’avoir choisi le statut de paria volontaire. D’avoir refusé, pour reprendre la belle expression de Lucien Febvre, « la pire des servitudes, [qui est de] ne pas reconnaître que l’on est serf« .

Nous en citerons quelques exemples, y compris en provenance de la fiction ; celle-ci peut parfois éclairer l’histoire d’une aveuglante clarté.

L’enregistrement suivant correspond à la première partie de cette session et contient les interventions de Martine de Boisdeffre (Conseil d’État), présidente de séance, Marc Olivier Baruch (EHESS) pour le rapport introductif , Mathieu Schlesinger (Conseil d’État) et Olivier Carton (Université du Littoral Côte d’Opale) pour une intervention intitulée : « Rome n’est plus dans Rome » : Alfred Porché et Pierre Tissier, deux destins de conseiller d’État »

L’enregistrement suivant correspond à la seconde partie de cette session et contient les interventions de Perrine Simon-Nahum (CNRS-EHESS) pour une communication intitulée : « Quand le singe vient réclamer son crâne » : héros ordinaires au miroir de la littérature » et de Jacques Vistel (conseiller d’État, président de la Fondation de la Résistance) pour l’ouverture « D’hier à aujourd’hui… »

__________
Crédit image de une : Omar Bárcena – Stamps_0509 – Department of Building Inspection, San Francisco, California en cc sur Flickr