Archives de catégorie : 4. Personnes, institutions, réseaux : la difficile posture du cavalier seul

“Personnes, institutions et réseaux : la difficile posture du cavalier seul” (Session 4)

La quatrième session du colloque, intitulée “Personnes, institutions et réseaux : la difficile posture du cavalier seul” s’est tenue dans l’amphithéâtre François de l’EHESS le 23 février 2013. Voici, en guise d’introduction, l’extrait de la présentation générale du colloque par Marc Olivier Baruch concernant cette session :

Et puis, thème de la quatrième session (Personnes, institutions et réseaux : la difficile posture du cavalier seul), certains firent le saut. Comment ne pas rendre ici hommage au préfet Jean Moulin, dont le mois de juin verra le 70e anniversaire de l’affreuse fin ?

Lui, et un petit nombre d’autres fonctionnaires à ses côtés – en vérité plutôt du côté des obscurs et des sans-grades que des hauts commis – pouvaient-ils imaginer que leur mort servirait aussi, tant de décennies durant, à protéger la réputation d’administrations, d’institutions, de corps qui furent d’abord, et cela se comprend parfaitement, attentistes et ambivalents ?

Il faut la haute et prophétique voix de Bernanos pour tonner, dès 1943 – 1943 ! – contre tous ceux dont, je cite, « la conscience de fonctionnaire traversait les Océans pour courir au secours de la liberté menacée, tandis que leur corps de fonctionnaire restait à leur place, à moins qu’il ne se présentât au guichet« .

Ces cavaliers solitaires ont tous témoigné de ce qui leur en avait coûté, y compris après le retour à la normale, d’avoir choisi le statut de paria volontaire. D’avoir refusé, pour reprendre la belle expression de Lucien Febvre, « la pire des servitudes, [qui est de] ne pas reconnaître que l’on est serf« .

Nous en citerons quelques exemples, y compris en provenance de la fiction ; celle-ci peut parfois éclairer l’histoire d’une aveuglante clarté.

L’enregistrement suivant correspond à la première partie de cette session et contient les interventions de Martine de Boisdeffre (Conseil d’État), présidente de séance, Marc Olivier Baruch (EHESS) pour le rapport introductif , Mathieu Schlesinger (Conseil d’État) et Olivier Carton (Université du Littoral Côte d’Opale) pour une intervention intitulée : « Rome n’est plus dans Rome » : Alfred Porché et Pierre Tissier, deux destins de conseiller d’État »

L’enregistrement suivant correspond à la seconde partie de cette session et contient les interventions de Perrine Simon-Nahum (CNRS-EHESS) pour une communication intitulée : « Quand le singe vient réclamer son crâne » : héros ordinaires au miroir de la littérature » et de Jacques Vistel (conseiller d’État, président de la Fondation de la Résistance) pour l’ouverture « D’hier à aujourd’hui… »

__________
Crédit image de une : Omar Bárcena – Stamps_0509 – Department of Building Inspection, San Francisco, California en cc sur Flickr

Martine de Boisdeffre, Conseil d’État

© Jean-René Tancrède - Téléphone : 01.42.60.36.35Ancienne élève de l’École normale supérieure de Sèvres, de l’Institut d’études politiques de Paris et de l’École nationale d’administration (promotion Solidarité), Martine de Boisdeffre est conseillère d’État, présidente de la cour administrative d’appel de Versailles.

Conseillère technique chargée des Affaires européennes au cabinet d’Elisabeth Guigou, ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, de 1990 à 1993, elle fut secrétaire générale du Conseil d’État de 1995 à 2000 puis directrice des Archives de France de 2001 à 2010. Elle est actuellement présidente du conseil d’administration de l’Institution nationale des Invalides, membre du Haut comité d’évaluation de la condition militaire, membre du conseil d’administration de l’École normale supérieure et de la Fondation Charles de Gaulle. Elle est l’auteur de plusieurs contributions dans Études et documents du Conseil d’État et dans la Revue administrative.

Martine de Boisdeffre présidera la session « Personnes, institutions et réseaux : la difficile posture du cavalier seul »

Intervenants de la session : Marc Olivier Baruch (rapport introductif), Matthieu Schlesinger et Olivier Carton ; Perrine Simon-Nahum ; Jacques Vistel (d’hier à aujourd’hui)

 

Marc Olivier Baruch, EHESS

Ancien élève de l’École polytechnique et de l’École nationale d’administration, Marc Olivier Baruch est historien de la France contemporaine, ses travaux portent plus particulièrement sur l’histoire comparée de l’État et de l’administration à l’époque contemporaine et sur l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Après avoir occupé depuis 1981 diverses fonctions dans les administrations centrales de l’État (ministère de l’Éducation nationale et ministère de la Culture) et au sein d’un cabinet ministériel, il rejoint en 1997 le CNRS en qualité de chercheur en histoire contemporaine. Il est directeur d’études à l’EHESS depuis 2003.

> En savoir plus

Personnes, institutions et réseaux : la difficile posture du cavalier seul, rapport introductif

_

_

Principales publications

Le Régime de Vichy, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 1996 (traduction allemande, Das Vichy-Regime : Frankreich 1940-1944, Reclam Verlag, 1999).

Servir l’état français. L’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, 1997.

direction, avec Vincent Duclert, de Serviteurs de l’État : une histoire politique de l’administration française, 1875-1945, Paris, La Découverte, 2000.

direction, avec Vincent Guigueno, de Le choix des X : l’École polytechnique et les polytechniciens 1939-1945, Paris, Fayard, 2000.

direction de Une poignée de misérables : l’épuration de la société française après la Seconde Guerre mondiale, Paris, Fayard, 2003.

direction, avec Vincent Duclert, de « Administrateurs et administrations sous la IVe République : une histoire politique », Revue française d’administration publique, n° 108,  2003.

direction, avec Philippe Bezes, de « Généalogies de la réforme de l’Etat », Revue française d’administration publique, n° 120, 2006.