Archives de catégorie : 3. Pratiques professionnelles et marges de manoeuvre

« Pratiques professionnelles et marges de manœuvre » (Session 3)

La troisième session du colloque, intitulée “Pratiques professionnelles et marges de manœuvre” s’est tenue dans l’amphithéâtre François de l’EHESS le 23 février 2013. Voici, en guise d’introduction, l’extrait de la présentation générale du colloque par Marc Olivier Baruch concernant cette session :

La problématique n’est pas fondamentalement différente pour la troisième session, Pratiques professionnelles et marges de manœuvre. On n’est plus là dans le domaine de la définition de la norme mais dans celui de sa mise en œuvre.
Or les exemples abondent en effet – dans les deux sens, hélas ! – pour démontrer à quel point la connaissance intime des textes, des procédures, des circuits – bref la maîtrise du métier administratif est un facteur décisif de succès ou de freinage des politiques publiques. Que de destins se sont trouvés en jeu derrière le zèle, vrai ou feint, l’absence de zèle, vraie ou feinte, de tel ou tel agent public, à tel ou tel niveau de la hiérarchie !
Cette question de la marge de manœuvre est essentielle. Encore faut-il se la poser… Me vient à l’esprit – pardon pour cette comparaison peu laïque – la parole que Pascal fait entendre au Christ dans le Jardin des Oliviers : « Tu ne me chercherais pas si tu ne m’avais déjà trouvé » (pensée n° 553 dans l’édition Brunschvicg).

L’enregistrement suivant correspond à la première partie de cette session et contient les interventions de Danièle Lochak (Université Paris Ouest – Nanterre La Défense) présidente de la séance, Giovanni Focardi (Université de Padoue) pour le rapport introductif et de Julio Ponce Alberca (Université de Séville) pour une intervention intitulée « Setting Early Francoism : Central and Local Authorities in Spain, 1939-1949 » :

L’enregistrement suivant correspond à la seconde partie de cette session et contient les interventions de Chantal Kesteloot (CEGES-SOMA, Bruxelles) et Bénédicte Rochet (Université de Namur) pour une communication intitulée : « Gérer le « moindre mal » : l’administration de la Belgique occupée, 1940-1945″ et de Jean-Pierre Duport (préfet) pour l’ouverture « D’hier à aujourd’hui… »

_____
Crédit bandeau : TheeErin – 27B-stroke-6! Bloody paperwork! en cc sur Flickr

« Pratiques professionnelles et marges de manoeuvre », résumé par Giovanni Focardi

Résumé de son intervention par Giovanni Focardi :

Introduction : les raisons d’un titre

Dans l’étude des élites des grands corps et de l’administration publique, nous pouvons définir les « pratiques professionnelles » comme l’ensemble, vaste et diversifié, des fonctions et des activités exercées par les magistrats et d’autres fonctionnaires, à l’intérieur du cadre déterminé par les codes, les lois, les règlements, les circulaires, ainsi que par des normes non écrites mais fixées par l’usage, la tradition, etc.

Vis-à-vis d’une norme adoptée par le pouvoir exécutif ou législatif (que cela se produise dans le cadre d’une démocratie ou sous une dictature), les « marges de manœuvre », dans ce cadre donné, sont déterminés par l’interprétation choisie par chaque magistrat ou fonctionnaire, lesquels peuvent appliquer le texte produit par le pouvoir politique de manière rigide, ou bien de manière élastique, avec des résultats qui peuvent différer, au moins en partie, par rapport aux objectifs que le pouvoir politique s’était proposés.

Savoir, Pouvoir, Vouloir

Dans le cas de la dictature fasciste en Italie, les hauts fonctionnaires et les magistrats ne furent pas tous que des exécutants « zélés », et ne travaillèrent pas tous pour l’accomplissement des buts idéologique et politique promus par les lois fascistes. Une petite minorité d’individus, composée de quelques magistrats, tenta de s’opposer aux lois qui caractérisèrent le plus le régime de Mussolini, par exemple celles concernant la race, parfois en modifiant leur sens, jusqu’à les rendre inapplicables, ou moins vexatoires que ne l’aurait voulu le pouvoir politique. C’est là que réside la question des pratiques professionnelles et de leurs marges de manœuvre.

La possibilité de choisir entre une application rigide ou une application souple de la loi provient du pouvoir discrétionnaire qui est aux mains des agents placés du sommet de l’administration et aux membres de la magistrature. Du fait que le savoir bureaucratique ou judiciaire est une forme de pouvoir, la question des marges de manœuvre dépend, plus que du pouvoir politique pour lequel devraient agir les fonctionnaires, de la voluntas : la volonté des individus interprétant et exécutant les lois promulguées.

Deux États, deux administrations, deux légalités, deux magistratures

À partir de ces considérations, mon intervention présentera quelques exemples de ces « résiliences, résistances désarmées, non consentement, wiederstand, resistenz », tout au long d’une période au cours de laquelle s’alternent et se superposent la guerre et la paix, où les lois subissent des changements radicaux et où des tribunaux spéciaux sont institués à côté des juridictions ordinaires. D’ailleurs, dans ces situations mouvantes, les décalages entre les temps du politique et le temps de l’administration judiciaire ouvraient a fortiori un terrain où les acteurs pouvaient élargir leurs « marges de manœuvre ».

Le phénomène est évident à tel point qu’on a parlé de « deux bureaucraties », d’administrations parallèles (question qui date dès les années 1910-1920), et enfin d’« État double (Dual State, Doppelstaat) ». À partir de 1922, à côté des administrations dont l’État italien s’était doté, fleurissent des organismes et les institutions qui émanaient du parti fasciste, en même temps que se développe une concurrence entre les fonctionnaires ayant suivi une carrière classique et ceux qui venaient du parti fasciste, ainsi qu’une concurrence entre les autorités civiles militaires. Ces mêmes tensions se seraient produites à l’intérieur du « nouvel ordre européen » promu par le Reich nazi, et donc à l’intérieur des pays occupés.

Deux exemples pour illustrer les questions

Selon un dicton bien connu attribué à Giovanni Giolitti (longtemps président du Conseil entre la fin du 1901 et 1921) : « La loi s’applique aux ennemis et s’interprète pour les amis » (il semblerait qu’au XVIe siècle le roi d’Espagne Philippe II ait proclamé: « Para los amigos todo, para los enemigos la ley »).

Cette phrase nous aide à éclairer l’un des enjeux de notre sujet, car les « ennemis » et les « amis » des conseillers d’État et des magistrats n’étaient pas forcément les mêmes « ennemis » et« amis » que ceux du pouvoir politique.

J’essaierai de montrer comment certains choix furent déterminés, en m’appuyant sur deux exemples, dont les protagonistes furent un magistrat, dans un cas, et un conseiller d’État, dans l’autre. À l’intérieur des mêmes bureaux techniques, où apparemment ne subsistait aucune marge de manœuvre possible, il y avait des choix possibles : résister, se plier, se résigner, collaborer, boycotter, ou encore dissimuler avec une attitude de Nicodème. Il s’agira alors d’illustrer ces deux exemples, pour mettre en lumière les pratiques professionnelles respectives, les marges de manœuvre de chacun, les raisons au fondement de tels choix, et enfin les réactions des Corps auxquels appartenaient les deux magistrats.

Références bibliographiques relatives aux questions abordées

Une poignée des misérables, sous la direction de Marc Olivier Baruch, Fayard, 2003

Bloxham, Donald, Lo sterminio degli ebrei. Un genocidio, Einaudi, 2010 [ed. or.: The Final Solution. A Genocide, 2009]

Borghi, Marco, Tra fascio littorio e senso dello Stato. Funzionari, apparati, ministeri nella Repubblica sociale italiana (1943-1945), Istituto veneto per la storia della Resistenza e dell’età contemporanea, Cleup, 2001

Botz, Gehrard, Methoden- und Theorienprobleme der historischen Widerstandsforschung in Helmut Konrad, Wolfgang Neugebauer (Hrsg.), Arbeiterbewegung-Faschismus-Nationalbevusstsein, Wien-München-Zürich, Europaverlag, 1983

Broszat, Martin, Resistenz und Widerstand: eine Zwischenbilanz des Forschungsprojects, in Martin Broszat, Elke Fröhlich, Anton Grossmann, Bayern in der NS-Zeit, vol. 4, Herrschaft und Gesellschaft im Konflikt, Münich-Wien, R. Oldenbourg, 1981

Browning, Christopher, Contestualizzare la Shoah, in Discussioni. Shoah, guerre e modernità, in «Passato e presente», n. 86, 2012

Casali, Luciano, Franchismo. Sui caratteri del fascismo spagnolo, Clueb, 2005

Clarke, Jackie, France in the Age of Organization. Factory, Home and Nation from the 1920s to Vichy, Berghahn Books, 2011

Écrire sous l’Occupation. Du non-consentement à la Résistance, France-Belgique-Pologne 1940-1945, sous la direction de Bruno Curatolo et François Marcot, Presses universitaires de Rennes, 2011

De Cristofaro, Ernesto, Codice della persecuzione: i giuristi e il razzismo nei regimi nazista e fascista, Giappichelli, 2008

Dujardin, Vincent, Van den Wijngaert, Mark, Nouvelle histoire de Belgique 1940-1950, La Belgique sans roi, Le Cri édition, 2010 [in: Nouvelle Histoire de Belgique, sous la direction de Michel Dumoulin, Vincent Dujardin, Emmanuel Gerard et Mark Van den Wijngaert, 2 voll., Éditions Complexe, 2005-2006]

Le droit sous Vichy, sous la direction de Bernard Durand, Jean-Pierre Le Crom, Alessandro Somma, Vittorio Klostermann, 2006

Focardi, Giovanni, La réforme qui n’a jamais eu lieu. Projets et réformes administratives en Italie et en France en 1943-1948, in Généalogie de la réforme de l’État, “Revue française d’administration publique”, 2006, n. 120

Focardi, Giovanni, Les conseillers d’État. Thèmes et problèmes d’une recherche en cours, in Les élites administratives en France et en Italie, a cura di V. Azimi, L.G.D.J, Editions Panthéon-Assas II, 2006

Focardi, Giovanni, I magistrati tra fascismo e democrazia: uno sguardo alla “periferia” toscana, in Professioni e potere a Firenze tra ’800 e ’900, a cura di F. Tacchi, FrancoAngeli, 2012

Focardi, Giovanni, Magistratura e fascismo. L’amministrazione della giustizia in Veneto, 1920-1945, Marsilio Ivsrec, 2012

Fraenkel, Ernst, The Dual State. A contribution to the theory of dictatorship, Oxford University Press, 1941 [nuova ediz., Der Doppelstaat, 1974, ed. italiana, 1983, introduz. Norberto Bobbio]

Fraser, David, The Fragility of Law. Constitutional Patriotism and the Jews of Belgium, 1940-1945, Routledge Cavendish, 2009

Ginzburg, Carlo, Il nicodemismo. Simulazione e dissimulazione religiosa nell’Europa del ’500, Giulio Einaudi editore, 1970

Herbert, Ulrich, Werner Best: un nazi de l’ombre: 1903-1989, Tallandier, 2010 [ed. or. : Best. Biographisches Studien uber Radikalismus, Weltanschauung und Vernunft, 1903-1989, 1996]

Ingrao, Christian, Croire et détruire. Les intellectuels dans la machine de guerre SS, Fayard, 2010 [Credere, distruggere, Einaudi, 2012]

Irvine, William D., Between Justice and Politics. The Ligue des droits de l’homme, 1898-1945, Stanford University Press, 2007

Julià, Santos, Un siglo de España. Política y sociedad, Marcial Pons, 1999

Kesteloot, Chantal et Gotovitch, José, Collaboration, répression. Un passé qui résiste, Bruxelles, 2002

Lanero Táboas, Mónica, Una milicia de la justicia. La política judicial del franquismo (1936-1945), Centro de Estudios Constitucionales, 1996

Laub, Thomas J., After the Fall. German Policy in Occupied France, 1940-1944, Oxford University Press, 2010

Melis, Guido, Due modelli di amministrazione tra liberalismo e fascismo: burocrazie tradizionali e nuovi apparati, Ministero per i beni culturali e ambientali – Ufficio centrale per i beni archivistici, 1988 (stampa 1989)

Melis, Guido, Storia dell’amministrazione italiana 1861-1993, il Mulino, 1996

Il Consiglio di Stato nella storia d’Italia, biografie 1861-1948, 2 voll., a cura di G. Melis, Giuffrè, 2006

Lo Stato negli anni Trenta. Istituzioni e regimi fascisti in Europa, a cura di G. Melis, il Mulino, 2008

Melis, Guido, Il potere dei giudici e la latitanza della politica, in «Passato e presente», n. 85, 2012

Steinberg, Maxime, La Persécution des Juifs en Belgique (1940-1945), Éditions Complexe, 2004

Ranzato, Gabriele, Il passato di bronzo. L’eredità della guerra civile nella Spagna democratica, Laterza, 2006

Struye, Paul, Jacquemyns, Guillaume, La Belgique sous l’Occupation allemande (1940-1944), Édition préfacé et annotée par José Gotovitch, Éditions Complexe, 2002 [ed. or.: Struye, Paul, L’Évolution du sentiment public en Belgique sous l’Occupation allemande, Édition Lumière, 1945; Jacquemyns, Guillaume, La Société belge sous l’Occupation allemande (1940-1944), Privations et espoirs, Office de publicité, 1945]

Tacchi, Francesca, Gli avvocati italiani dall’Unità alla Repubblica, il Mulino, 2002

Vittorelli, Paolo, L’età della tempesta, Rizzoli, 1981

Giovanni Focardi, Università di Padova

.

Chercheur en histoire contemporaine au département de science historique, géographique et du monde antique à l’université de Padoue. Pour plus d’informations, voir sa page sur le site de l’université de Padoue

 

« Pratiques professionnelles et marges de manœuvre » : rapport introductif

(lire le résumé et les orientations bibliographiques)

 

Principales publications

 Magistratura e fascismo. L’amministrazione della giustizia in Veneto. 1920-1945, Venezia, Marsilio ed., 2012 ;

« I magistrati tra fascismo e democrazia: uno sguardo alla “periferia” toscana », in F. Tacchi (dir.), Professioni e potere a Firenze tra Otto e Novecento, Milano, FrancoAngeli, 2012, p. 201-223 ;

32 notices biographiques in G. Melis (dir.), Il Consiglio di Stato nella storia d’Italia. biografie 1861-1948, Giuffrè, Milano, 2006 ;

Storia dei progetti di riforma della pubblica amministrazione, Francia e Italia (1943-1948), Bologna, Bononia University Press, 2004 ;

«La difficile rationalisation de l’administration sous la quatrième République. La réforme qui n’a jamais eu lieu : projets et réformes administratives en Italie et en France en 1943-1948 », Revue française d’administration publique, 2006/4, n°120, p. 679-693 ;

« Les conseillers d’État. Thèmes et problèmes d’une recherche en cours », in V. Azimi (dir.), Les élites administratives en France et en Italie, Paris, L.G.D.J, Ed. Panthéon-Assas II, 2006, p. 233-243.

[source : notice biographique établie par le Conseil d’État]

 

« Setting Early Francoism », abstract by Julio Ponce

Résumé de son intervention par Julio Ponce :

Our contribution to these Recontres intends to analyse the construction of the Spanish State after the civil war (1936-1939). Such an aim implies studying early Francoism (1939-1949) in the context of the political convulsions of the interwar period. Throughout this analysis, we examine key issues, such as the political consequences of extreme situations and conflicts. In this regard, the case of Spain is especially relevant given that the dictatorship of general Franco was built after a civil war and the defeat of a democratic regime, as was the Second Republic. Both facts were also related to the international situation determined by the controversy between communism and fascism.

Our study adopts an interesting approach to clarifying the nature of Francoism. This regime could be considered totalitarian, given its strong ties with Fascist Italy and Nazi Germany. The presence of Falange as the single party in the country pointed to another characteristic of a totalitarian regime. Nevertheless, the Francoist dictatorship was always based on a relatively wide conservative coalition and the army played a significant role providing key support for the dictator. Besides, the international context favoured Franco almost since the outbreak of the civil war. In fact, not only fascist powers helped the Nationalists; the policy of neutrality followed by democratic countries played a significant role during the war, determining its outcome. The importance of British policy towards Spain and the Non-Intervention Committee is particularly worth stressing.

For a better understanding of how the Francoist regime was set up, the study of the state and its functioning is meaningful. The term « state » is generally understood to refer to a central power that controls a territory, but a different approach offers a number of attractive features. We refer to the idea of studying states from below, from the perspective of the local configuration of the state (local governments) and how the relationship between central power and local administration was structured. Our methodology followed focuses on civil governors (similar to French prèfets) and how they conducted local politics in accordance with the instructions and interests of the regime. Governors were responsible for multiple aspects of a province’s governance. They selected majors or presidents of Diputaciones (provincial governments) and were the highest supervisors of a wide range of activities (supplies, agriculture, industry, trade, public order). Ultimately, they managed the provinces on behalf of central government and, in addition to their power, were also provincial chiefs of the « Movimiento » (i.e. Falange).

Consequently, the study of Francoist civil governors is highly relevant to understanding the nature of the regime. The results that will be presented pertain to a research project funded by the Spanish administration (code HAR 2010-19397).

Quelques références bibliographiques relatives aux questions abordées

BAENA DEL ALCÁZAR, Mariano. Élites y conjuntos de poder en España (1939-1992). Un estudio cuantitativo sobre Parlamento, Gobierno y Administración y gran empresa, (Madrid, Tecnos, 1999).

CAZORLA SÁNCHEZ, Antonio: “Dictatorship from Below: Local Politics in the Making of the Francoist State, 1937-1948” en The Journal of Modern History, nº 4 (Dec. 1999).

CLARA, Josep: “Militarismo político y gobiernos civiles durante el franquismo” en Anales de Historia Contemporánea, nº 18 (2002).

DÓRIGA TOVAR, César: “El cargo de Gobernador Civil y Jefe Provincial del Movimiento en el Nuevo Estado español” en Revista de Estudios Políticos, nº 156 (nov/dic 1967).

GENIEYS, William: Les élites espagnoles face à l’État. Changements de régimes politiques et dynamiques centre-périphéries, (Paris, L’Harmattan, 1997).

JEREZ MIR, Miguel: Elites políticas y centros de extracción en España, 1938-1957, (Madrid, CIS, 1982).

PONCE ALBERCA, Julio (coord.): Guerra, Franquismo y Transición. Los gobernadores civiles en Andalucía (1936-1979, (Sevilla, Centro de Estudios Andaluces-Consejería de Presidencia, 2008).

PONCE ALBERCA, Julio: “El Estado en las provincias: gobernadores, diputaciones y ayuntamientos” en NICOLÁS, Encarna y GONZÁLEZ, Carmen: Mundos de ayer, (Murcia, Universidad, 2009), pp. 99-119.

PONCE ALBERCA, Julio: “Poder, adaptación y conflicto. Gobernadores civiles e intereses locales en la España de Franco (1939-1975)” en SEGURA, Antoni, MAYAYO, Andreu y ABELLÓ, Teresa (eds.): La dictadura franquista: la institucionalización de un régimen, (Barcelona, Universitat de Barcelona, 2012), pp. 96-109.

Danièle Lochak, Université Paris Ouest – Nanterre La Défense

Docteur en droit et agrégée des facultés de droit, Danièle Lochak est professeur émérite de l’université Paris Ouest – Nanterre La Défense. Elle a été successivement professeur de droit public à l’université de Picardie et à l’université de Paris X-Nanterre, où elle fut responsable du DEA « Droits de l’homme et libertés publiques » (puis du master « Droits de l’homme »), directrice de l’Ecole doctorale de sciences juridiques et politiques et directrice du centre de recherches et d’études sur les droits fondamentaux (CREDOF). Ses recherches portent sur les droits de l’homme, les droits des étrangers et politiques d’immigration, les usages sociaux du droit et les questions d’égalité et discriminations.

Danièle Lochak présidera la session « Pratiques professionnelles et marges de manoeuvres  » – Intervenants de la session : Giovanni Focardi (rapport introductif) ; Julio Ponce Alberca ; Chantal Kesteloot et Benedicte Rochet ; Jean-Pierre Duport (d’hier à aujourd’hui)

 

Publications

  • Le droit et les paradoxes de l’universalité, Paris, PUF, 2010 ;
  • Le droit et les juifs en France depuis la Révolution, Paris, Dalloz, 2009 ;
  • Mutations de l’État et protection des droits de l’homme (Direction), Presse Universitaire de Paris X, 2006.
  • Contrôler les immigrés. Les droits des étrangers : un état des lieux, Le Cavalier Bleu, coll. Libertés plurielles, 2007
  • « Le «modèle républicain» dans le débat public. Usages rhétoriques et reconstitution mythique », in B. Badie, Y. Déloye, dir., Le temps de l’Etat. Mélanges en l’honneur de Pierre Birnbaum, Paris, Fayard, 2007 ;
  • « Désobéir à la loi », in Pouvoir et liberté. Etudes offertes à Jacques Mourgeon, Bruxelles, Bruylant, 1998 ;
  • « Ecrire, se taire ? Réflexion sur la doctrine française », in Le genre humain, n°30-31. Le droit antisémite de Vichy, 1996 ;
  • « Le juge doit-il appliquer une loi inique ? », in Le genre humain, n°28. Juger sous Vichy, 1994 ;
  • « La doctrine sous Vichy ou les mésaventures du positivisme » in Les usages sociaux du droit, Paris, PUF/Curapp, 1989.

Sources de ces informations bio-bibliographiques : 12

Bénédicte Rochet, Université de Namur

Assistante de cours – Doctorante au département Histoire de l’université de Namur, Benedicte Rochet achève actuellement une thèse de doctorat sur la propagande audiovisuelle du gouvernement belge en exil durant la Deuxième Guerre mondiale. De manière plus générale elle explore l’histoire des actualités filmées et du cinéma en Belgique ainsi que les rapports entre images et conflits mondiaux.

> En savoir plus

Gérer le « moindre mal » : l’administration de la Belgique occupée, 1940-1945 (avec Chantal Kesteloot)

« Accommodation, connivence ou refus total ? Expériences d’occupation en Belgique. En mai 1940, un ordre nouveau s’impose en Belgique. L’occupant prend place et installe sa propre administration militaire, ses conceptions et ses contraintes auxquels les Belges vont devoir s’adapter, une adaptation qui prendra des formes diverses allant de la connivence, de l’accommodation au refus total. Cette attitude est partiellement inspirée de l’expérience de la Première Guerre. Quelle va être l’attitude des plus hautes instances du pays avec le gouvernement en exil ? A quels impératifs et enjeux les fonctionnaires vont-ils être confrontés ? Quelles vont être les pratiques et stratégies administratives dans les différents départements ? Le cas belge apparaît-il comme singulier ? Qu’en est-il, par exemple, de la confrontation de l’administration à un régime d’occupation civile au Pays-Bas ou encore au Luxembourg où l’on assiste à une véritable annexion et germanisation ?« 

Publications

(avec A. Tixhon) La petite Belgique dans la Grande Guerre. Une icône, des images, Namur, Presses Universitaires de Namur, 2012, 468p.

« Plongée au cœur des prises de vues du service cinématographique de l’armée belge : un matériel visuel de la Grande Guerre à multiples usages », dans ROCHET B., TIXHON A., La petite Belgique dans la Grande Guerre. Une icône, des images, PUN, Namur, 2012, pp. 111-128.

« Esquisse d’une cinématographie wallonne : un cinéma de crises ? », dans ROEKENS A., TIXHON A., Cinéma et crise(s) économique(s). Esquisses d’une cinématographie wallonne, Yellow Now, Namur, 2011, pp. 15-28.

« Les actualités filmées, une arme de propagande opérante ? Les initiatives du gouvernement belge entre 1940 et 1945 », dans Revue belge d’histoire contemporaine, Bruxelles, XXXIX, 2009, 1-2, pp. 177-197.

« L’administration centrale belge : des fonctionnaires résistants et/ou patriotes », dans VANDENBUSCHE R. (dir.), Les services publics et la résistance en zone interdite et en Belgique (1940-1944), Lille, IRHIS, 2005, pp. 13-28.

Julio Ponce, Universidad de Sevilla

Profesor Titular Universidad de Sevilla (Tenured Lecturer. University of Seville), Julio Ponce is Political Hstory and History of the State spécialist. Principal Investigator of the R&D project titled « Central and Local Powers during Francoism » funded by the Spanish Government (Project Code: HAR 2010-19397).

> En savoir plus

Setting Early Francoism : Central and Local Authorities in Spain, 1939-1949

« Setting Early Francoism » focused its attention on the significance of changes as result of extreme situations. It will be examined the case of Spain after such extreme context as the Civil War was. Some main questions will be analysed: Did the Spanish state change radically during the unstable Tweintieth Century? Were their structures transformed deeply after the Civil War? Beyond violences and repressions, did the dictatorial regime change the relationship between central and local powers? Had the « New State » a real new local administration?« 

Publications

Ouvrages

Política, Instituciones y Provincias: La Diputación de Sevilla durante la Dictadura de Primo de Rivera y la IIª República (1923-1936), (Sevilla, Diputación Provincial 1999). Premio Archivo Hispalense 1997. ISBN: 84-7798-157-4.

Andalucismo, República y Socialismo. Hermenegildo Casas Jiménez (1892-1967), (Sevilla, Diputación-Ayuntamiento de Sevilla, 2002). ISBN: 84-7798-188-4.

Municipios y Libertad. Los ayuntamientos democráticos sevillanos, (Sevilla, Diputación Provincial-Caja San Fernando-Universidad de Sevilla, 2003). ISBN: 84-932804-5-3.

Guerra, Franquismo y Transición. Los gobernadores civiles en Andalucía (1936-1979), (Sevilla, Centro de Estudios Andaluces, 2008). ISBN: 978-84-691-6712-0

La UGT de Sevilla. De activistas subversivos a sindicato legal, (Sevilla, UGT-Junta de Andalucía, 2009). ISBN: 9788469228982

Gibraltar y la guerra civil española: una neutralidad singular (Sevilla, Universidad, 2009). ISBN: 9788447211654

El mundo del trabajo en la conquista de las libertades, (Jaén, Universidad, 2011). ISBN: 978-84-8439-578-2.

(edición junto a Enrique Aguilar): Memorias de José Cruz Conde. Notas de un asilo diplomático (Madrid, julio 1936-enero 1939), (Córdoba, Almuzara, 2011). ISBN: 978-84-153338-24-6.

Articles récents

“El papel de los gobernadores civiles durante la Transición. Una aproximación a través de la prensa andaluza” en III Congreso Internacional Historia de la Transición en España. El papel de los medios de comunicación, (Almería, Universidad, 2007). pp. 391-408. ISBN: 978-84-690-8496-0. (en colaboración con Diego Ramos).

Coordinación del dossier de la Revista de Historia Actual, nº8, vol. 8 (2010), pp.11-13. ISSN: 1697-3305. Propaganda, represión y censura durante el franquismo.
“La Guardia de Hierro rumana en la prensa española” (en colaboración con Pablo Selma). pp. 45-58

“Hermenegildo Altozano Moraleda. Un gobernador civil monárquico en la España de Franco” en Andalucía en la Historia nº 34 (Octubre 2011). ISSN: 1695-1956.

“No sólo represión. Dictadura franquista, conceptos históricos y categorías morales” en Hispania Nova. Revista de Historia Contemporánea nº 10 (2012). En colaboración con Irene Sánchez

« Difficult Years in the Ayuntamientos, 1969-1979. The Transition to Democracy in Spanish Municipalities » in Bulletin for Spanish and Portuguese Historical Studies. Journal of the Association for Spanish and Portuguese Historical Studies, vol 36 (2012). En colaboración con Carlos Sánchez, pp. 110.129. ISSN: 0739-182X.

“Joaquín Carlos López Lozano: periodista, político y ateneísta” en Archivo Hispalense, nums. 288-290 (2012).

Portavoces del régimen: el discurso oficial de los gobernadores franquistas (1939-1975), comunicación presentada al VIII Simposio Internacional de Historia Actual “De la guerra al consenso. El lenguaje de la Dictadura y de la Democracia en España”. Logroño, 20-22 octubre 2010.

“Poder, adaptación y conflicto. Gobernadores civiles e intereses locales en la España de Franco (1939-1975)” en SEGURA, Antoni, MAYAYO, Andreu y ABELLÓ, Teresa (eds.): La dictadura franquista: la institucionalización de un régimen, (Barcelona, Universitat de Barcelona, 2012), pp. 96-109. ISBN: 978-84-475-3553-8.

“La política local en España: de la Restauración a la guerra civil (1874-1936)”, conferencia en el Congreso de Historia de Carmona (septiembre 2011). Pendiente de publicación.

PONCE ALBERCA, Julio: Review of « Community and identity. The making of modern Gibraltar since 1704 », by Stephen Constantine, Manchester-New York, Manchester University Press, 2009, xiii 446 pp., 1 map, 18 figures, ISBN 978-0-7190-8054-8. Mediterranean Historical Review (in press).