Archives de catégorie : 1. Prise du pouvoir et mise au pas

« Prise de pouvoir et mise au pas » (Session 1)

La première session du colloque, intitulée « Prise du pouvoir et mise au pas » s’est tenue dans l’amphithéâtre François de l’EHESS le 22 février 2013. Voici, en guise d’introduction, l’extrait de la présentation générale du colloque par Marc Olivier Baruch concernant cette session :

« Il faut en effet une réelle prudence pour mettre en relations les épurations du salazarisme ou celles décidées par Vichy avec la brutalité du fascisme, les meurtres de masse de la guerre d’Espagne, le délire génocidaire du nazisme, le stalinisme sanguinaire des procès de Moscou puis celui qui s’implanta par ruse et par force derrière le rideau de fer.

Ce sera néanmoins le rôle de la première session, Prise du pouvoir et mise au pas, que de repérer à travers l’extrême diversité des situations et des régimes, d’éventuels dispositifs communs visant à s’assurer l’obéissance de l’appareil d’état. Chacune à sa manière, violente ou tacite, toute dictature s’installant ne propose-t-elle pas un marché à ses fonctionnaires ? Exclure, fût-ce de manière définitive, les « indignes » et en contrepartie gratifier les « dignes » – « remplir les bons d’amour et les méchants d’effroi« , lisait-on déjà chez Corneille… » (revoir la présentation dans son ensemble)

L’enregistrement suivant correspond à la première partie de cette session et contient les interventions de Jean Massot (Conseil d’État) président de la séance, Didier Musiedlak (Université Paris Ouest-Nanterre La Défense) pour le rapport introductif et Tal Bruttmann (EHESS) pour une communication intitulée « Vichy à Genoble la préfecture de l’Isère de la Troisième République à l’État français« 

L’enregistrement suivant correspond à la seconde partie de cette session et contient les interventions de Donal O’Sullivan (California State University Northridge) pour une communication intitulée « Sovietizing Eastern Europe, 1945-1948 » et de Denis Bauchard (Diplomate) pour l’ouverture « D’hier à aujourd’hui…« 

_______
Crédit bandeau : Plashing Vole en cc sur Flickr

« Sovietizing Eastern Europe, 1945-1948 » abstract by Dónal O’Sullivan

Résumé de son intervention par Dónal O’Sullivan :

In fulfilling a dream hatched since the late 1930s, the Soviet Union turned from a regional pariah into a hegemonic power over half a continent in 1945. Following the “revolutionary-imperial paradigm”, the Soviet Union suddenly found itself responsible for administering societies with deeply seated anti-Communist and anti-Russian sentiments, where Communists were in the minority. Contrary to Marxist doctrine, the laboring classes had backed fascist or bourgeois leaders. Instead of the working class, the Soviet Red Army had been the catalyst for success. Some of the countries, like Romania and Hungary, had even participated in the Nazi invasion, and few elites greeted the new rulers with passionate support. Indeed, even in societies nominally on Moscow’s side – Poland and Czechoslovakia – support for Soviet-style reforms remained marginal. Therefore, Moscow had to proclaim the notion of ‘People’s democracies’ to placate fears of immediate Sovietisation.

Initially, the Soviets had to rely on exiled Communists who had been out of their respective countries for many years. However, it was obvious that they alone could neither be relied on for effective reconstruction nor for engineering a pro-Soviet attitude. Indeed, the returnees were seen as ‘Stalin’s puppets’, even adding to the low opinion of Communism in some societies, for example in Hungary and East Germany. In addition, their personal experience during the Stalinist purges made them unwilling to take responsibility or stand up to Stalin, slowing down the process of rebuilding and leaving the onus for important decisions squarely with Moscow. Newly available documents and recent studies provide a surprising look at the period of Sovietisation in Eastern Central Europe.

Quelques références bibliographiques relatives aux questions abordées

Anne Applebaum, Iron Curtain. The Crushing of Eastern Europe, 1944-1956. Doubleday, 2012

Wolkow, Wladimir K.: Die deutsche Frage aus Stalins Sicht (1947-1952), ZfG, 1/2000,

King, Robert: A History of the Romanian Communist Party, Stanford 1980

Starr, Frederick: Tsarist Government. The Imperial Dimension, in Azrael, Jeremy R.: Soviet Nationality Policies and Practices. New York: Praeger 1978

Dónal O’Sullivan, California State University Northridge

Diplômé en science politique (université de Bonn) et en histoire (université catholique d’Eichstätt-Ingolstadt), Donal O’Sullivan est actuellement professeur d’histoire associé à la California State University of Northridge. Il a reçu plusieurs distinctions pour ses travaux : en 2008, le prix des historiens de la Kronauer Foundation  ainsi que le prix Bruckhause de la Hanns Martin-Schleyer-Foundation

« Sovietizing Eastern Europe, 1945-1948 »

(lire le résumé)

Principales publications

Dealing with the devil : Anglo-Soviet intelligence cooperation during the Second World War, New York, P. Lang, 2010. (aperçu)

Stalins « Cordon sanitaire ». Die sowjetische Osteuropapolitik und die Reaktionen des Westens 1939-1949, Paderborn : F. Schöningh, 2003.

[Source : notice biographique établie par le Conseil d’État]

Didier Musiedlak, Université Paris-Ouest Nanterre La Défense

Ancien membre de l’École française de Rome, professeur à l’université Paris-Ouest Nanterre  La  Défense,  est l’auteur de plusieurs ouvrages relatifs au fascisme italien, aux régimes autoritaires et totalitaires. Il a notamment publié Mussolini (Presses de Sciences Po,2005 ; Il Mito di Mussolini, Le Lettere, 2009), Parlementaires en chemise noire, 1922-1943, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007 ; Lo stato fascista e la sua classe politica, 1922-1943, Il Mulino,2003, et dirigé Les expériences corporatives dans l’aire latine, Peter Lang, 2010.

« Prise de pouvoir et mise au pas » : rapport introductif

Argumentaire : « La perspective est d’appréhender les temporalités et les attentes des élites si on souhaite   comprendre le contexte et les difficultés auxquelles elles ont été confrontées au moment de faire un choix. Ce choix s’inscrit nécessairement dans une temporalité qui précisément libère un espace plus ou moins grand pour agir. Pour nombre de ces élites européennes  des  années trente, la démocratie libérale avait cessé d’être le régime politique le plus adapté pour répondre aux difficultés du temps présent.  Il faut par conséquent prendre en considération les éléments qui ont concouru à alimenter la crise de la démocratie représentative si on veut dans le même temps mesurer  la séduction exercée par le projet idéologique avancé par ces régimes.  L’opacité entretenue de façon délibérée au sein de la vitrine institutionnelle a également facilité la prise du pouvoir avec une forme de normalité pernicieuse, la mise en place d’un prétendu État de droit national reposant sur la continuité  d’un État légal. »

Bibliographie indicative

M.O. Baruch, Servir l’Etat français. L’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, 1997.

K.D. Bracher, W. Sauer, G. Schulz, Die nationalsozialistische Machtergreifung. Studien zur Errichtung des totalitären Herrschaftssystems in Deutschland 1933/34, Köln und OPladen,  Westdeutscher Verlag, 1960.

A. Costa Pinto, Ruling Elites and Decision-Making in Fascist-Era Dictatorships, New-York Columbia University Press, 2009.

G. Hirsfeld, T. Jersak (HG.), Karriere im National-Sozialismus. Funktionseliten Zwischen Mitwirkung und Distanz, Frankfurt/New-York, Campus Verlag,  2005.

Paul H. Lewis, Latin Fascist Elites. The Mussolini ,Franco, and Salazar Regimes, Wesport, Prager, 2002.

F. Marcot, D. Musiedlak, Les Résistances, miroir des régimes d’oppression, Allemagne, France, Italie, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2006.

G.Melis, Lo stato negli anni trenta. Istituzioni e regimi fascisti in Europa, Bologna, Il Mulino,  2008.

D. Musiedlak, Parlementaires en chemise noire. Italie 1922-1943, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007.

M. Stolleis, The  Law under the Swastika. Studies on Legal History in Nazi Germany, Chicago, London University of Chicago Press, 1998.

M. Stolleis, Geschichte des öffentlichen Rechts in Deutschland. Dritter Band 1914-1945, München, C.H. Beck Verlag, 1999.

O. Wieviorka, Les Orphelins de la République. Destinées des députés et sénateurs français (1940-1945), Paris, Le Seuil, 2001.

Jean Massot, Conseil d’État

Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, licencié en droit et docteur ès sciences économiques, ancien élève de l’École nationale d’administration (promotion Saint-Just), Jean Massot est président de section honoraire au Conseil d’État où il a fait la majeure partie de sa carrière de 1963 à 2004. Ayant aussi occupé les fonctions de directeur administratif et financier du CNES, de directeur des études de l’IIAP, de directeur de la population et des migrations et de président de la Commission des recours des réfugiés, Jean Massot est actuellement membre de la CNIL et siège à la CADA. Il a été président du comité d’histoire du Conseil d’État et de la juridiction administrative de 2001 à 2012 et du comité scientifique de la Commission des archives constitutionnelles de la Ve République de 2002 à 2011.

Jean Massot présidera la première session « Prise du pouvoir et mise au pas »

Intervenants de la session : Didier Musiedlak (rapport introductif) ; Tal Bruttmann ; Donal O’Sullivan ; Denis Bauchard (d’hier à aujourd’hui)

Publications

  • Le chef de l’État, chef des armées, Paris, LGDJ, 2011 ;
  • Chef de l’État et chef du gouvernement : la dyarchie hiérarchisée, Paris, La Documentation française, 2008 (rééd.) ;
  • dir., Le Conseil d’État et l’évolution de l’Outre-mer français du XVIIe siècle à 1962, Paris, Dalloz, 2007 ;
  • (avec O. Fouquet, J.-H. Stahl, M. Guyomar), Le Conseil d’État, juge de cassation, Paris, Berger-Levrault, 2001 (rééd.) ;
  • « Le Conseil d’État et le régime de Vichy » in Deuxième Centenaire du Conseil d’État, La revue administrative, 2001, Vol. I, p.100 ;
  • dir., Le Conseil d’État de l’an VIII à nos jours. Livre jubilaire du deuxième centenaire, Paris, Adam Biro, 1999 ;
  • « La continuité de la procédure contentieuse administrative » in H. Bastien, dir., Rémanences du droit d’Ancien Régime dans la France contemporaine, Paris, Droz, 1998, p. 77-90 ;
  • L’arbitre et le capitaine – Essai sur la responsabilité présidentielle, Flammarion, Coll. Champs, 1987 (avec une préface de René Rémond).

Source de ces informations bio-bibliographiques