Archives de catégorie : 2. Intervenants

Dónal O’Sullivan, California State University Northridge

Diplômé en science politique (université de Bonn) et en histoire (université catholique d’Eichstätt-Ingolstadt), Donal O’Sullivan est actuellement professeur d’histoire associé à la California State University of Northridge. Il a reçu plusieurs distinctions pour ses travaux : en 2008, le prix des historiens de la Kronauer Foundation  ainsi que le prix Bruckhause de la Hanns Martin-Schleyer-Foundation

« Sovietizing Eastern Europe, 1945-1948 »

(lire le résumé)

Principales publications

Dealing with the devil : Anglo-Soviet intelligence cooperation during the Second World War, New York, P. Lang, 2010. (aperçu)

Stalins « Cordon sanitaire ». Die sowjetische Osteuropapolitik und die Reaktionen des Westens 1939-1949, Paderborn : F. Schöningh, 2003.

[Source : notice biographique établie par le Conseil d’État]

Giovanni Focardi, Università di Padova

.

Chercheur en histoire contemporaine au département de science historique, géographique et du monde antique à l’université de Padoue. Pour plus d’informations, voir sa page sur le site de l’université de Padoue

 

« Pratiques professionnelles et marges de manœuvre » : rapport introductif

(lire le résumé et les orientations bibliographiques)

 

Principales publications

 Magistratura e fascismo. L’amministrazione della giustizia in Veneto. 1920-1945, Venezia, Marsilio ed., 2012 ;

« I magistrati tra fascismo e democrazia: uno sguardo alla “periferia” toscana », in F. Tacchi (dir.), Professioni e potere a Firenze tra Otto e Novecento, Milano, FrancoAngeli, 2012, p. 201-223 ;

32 notices biographiques in G. Melis (dir.), Il Consiglio di Stato nella storia d’Italia. biografie 1861-1948, Giuffrè, Milano, 2006 ;

Storia dei progetti di riforma della pubblica amministrazione, Francia e Italia (1943-1948), Bologna, Bononia University Press, 2004 ;

«La difficile rationalisation de l’administration sous la quatrième République. La réforme qui n’a jamais eu lieu : projets et réformes administratives en Italie et en France en 1943-1948 », Revue française d’administration publique, 2006/4, n°120, p. 679-693 ;

« Les conseillers d’État. Thèmes et problèmes d’une recherche en cours », in V. Azimi (dir.), Les élites administratives en France et en Italie, Paris, L.G.D.J, Ed. Panthéon-Assas II, 2006, p. 233-243.

[source : notice biographique établie par le Conseil d’État]

 

Didier Musiedlak, Université Paris-Ouest Nanterre La Défense

Ancien membre de l’École française de Rome, professeur à l’université Paris-Ouest Nanterre  La  Défense,  est l’auteur de plusieurs ouvrages relatifs au fascisme italien, aux régimes autoritaires et totalitaires. Il a notamment publié Mussolini (Presses de Sciences Po,2005 ; Il Mito di Mussolini, Le Lettere, 2009), Parlementaires en chemise noire, 1922-1943, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007 ; Lo stato fascista e la sua classe politica, 1922-1943, Il Mulino,2003, et dirigé Les expériences corporatives dans l’aire latine, Peter Lang, 2010.

« Prise de pouvoir et mise au pas » : rapport introductif

Argumentaire : « La perspective est d’appréhender les temporalités et les attentes des élites si on souhaite   comprendre le contexte et les difficultés auxquelles elles ont été confrontées au moment de faire un choix. Ce choix s’inscrit nécessairement dans une temporalité qui précisément libère un espace plus ou moins grand pour agir. Pour nombre de ces élites européennes  des  années trente, la démocratie libérale avait cessé d’être le régime politique le plus adapté pour répondre aux difficultés du temps présent.  Il faut par conséquent prendre en considération les éléments qui ont concouru à alimenter la crise de la démocratie représentative si on veut dans le même temps mesurer  la séduction exercée par le projet idéologique avancé par ces régimes.  L’opacité entretenue de façon délibérée au sein de la vitrine institutionnelle a également facilité la prise du pouvoir avec une forme de normalité pernicieuse, la mise en place d’un prétendu État de droit national reposant sur la continuité  d’un État légal. »

Bibliographie indicative

M.O. Baruch, Servir l’Etat français. L’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, 1997.

K.D. Bracher, W. Sauer, G. Schulz, Die nationalsozialistische Machtergreifung. Studien zur Errichtung des totalitären Herrschaftssystems in Deutschland 1933/34, Köln und OPladen,  Westdeutscher Verlag, 1960.

A. Costa Pinto, Ruling Elites and Decision-Making in Fascist-Era Dictatorships, New-York Columbia University Press, 2009.

G. Hirsfeld, T. Jersak (HG.), Karriere im National-Sozialismus. Funktionseliten Zwischen Mitwirkung und Distanz, Frankfurt/New-York, Campus Verlag,  2005.

Paul H. Lewis, Latin Fascist Elites. The Mussolini ,Franco, and Salazar Regimes, Wesport, Prager, 2002.

F. Marcot, D. Musiedlak, Les Résistances, miroir des régimes d’oppression, Allemagne, France, Italie, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2006.

G.Melis, Lo stato negli anni trenta. Istituzioni e regimi fascisti in Europa, Bologna, Il Mulino,  2008.

D. Musiedlak, Parlementaires en chemise noire. Italie 1922-1943, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007.

M. Stolleis, The  Law under the Swastika. Studies on Legal History in Nazi Germany, Chicago, London University of Chicago Press, 1998.

M. Stolleis, Geschichte des öffentlichen Rechts in Deutschland. Dritter Band 1914-1945, München, C.H. Beck Verlag, 1999.

O. Wieviorka, Les Orphelins de la République. Destinées des députés et sénateurs français (1940-1945), Paris, Le Seuil, 2001.

Martine de Boisdeffre, Conseil d’État

© Jean-René Tancrède - Téléphone : 01.42.60.36.35Ancienne élève de l’École normale supérieure de Sèvres, de l’Institut d’études politiques de Paris et de l’École nationale d’administration (promotion Solidarité), Martine de Boisdeffre est conseillère d’État, présidente de la cour administrative d’appel de Versailles.

Conseillère technique chargée des Affaires européennes au cabinet d’Elisabeth Guigou, ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, de 1990 à 1993, elle fut secrétaire générale du Conseil d’État de 1995 à 2000 puis directrice des Archives de France de 2001 à 2010. Elle est actuellement présidente du conseil d’administration de l’Institution nationale des Invalides, membre du Haut comité d’évaluation de la condition militaire, membre du conseil d’administration de l’École normale supérieure et de la Fondation Charles de Gaulle. Elle est l’auteur de plusieurs contributions dans Études et documents du Conseil d’État et dans la Revue administrative.

Martine de Boisdeffre présidera la session « Personnes, institutions et réseaux : la difficile posture du cavalier seul »

Intervenants de la session : Marc Olivier Baruch (rapport introductif), Matthieu Schlesinger et Olivier Carton ; Perrine Simon-Nahum ; Jacques Vistel (d’hier à aujourd’hui)

 

Bernard Pêcheur, Conseil d’État

Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, titulaire d’une maîtrise de droit public et ancien élève de l’École nationale d’administration (promotion Guernica), Bernard Pêcheur est président de la section de l’administration au Conseil d’État depuis juillet 2012.

Administrateur à la Direction du Budget (1976-1981), membre de plusieurs cabinets ministériels entre 1981 et 1985 (Budget ; Industrie et recherche ; Premier ministre), il fut également conseiller social à la présidence de la République de 1988 à 1989. Directeur général de l’administration et de la fonction publique de 1989 à 1993, il fut par ailleurs président du comité de la gestion publique de l’OCDE (1990-1993), puis secrétaire général du ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie de 2000 à 2002.

Parallèlement à ses activités au Conseil d’État, Bernard Pêcheur a exercé diverses missions extérieures à celui-ci : rapporteur général de la commission supérieure de codification (1997-2000), président de l’École nationale supérieure de la police (1998-2010), président de l’Institut national des études démographiques (1999-2008), membre de la commission du Livre Blanc sur la défense et la sécurité nationale (2007-2008). membre de la Cour de discipline budgétaire et financière de 2005 à 2012, Bernard Pêcheur est président suppléant du Haut comité d’évaluation de la condition militaire depuis 2010. Il est l’auteur de nombreux rapports et articles consacrés à la modernisation du service public (Pouvoirs. Revue française d’études constitutionnelles et politiques ; Les cahiers de la fonction publique et de l’administration ; Courrier juridique des finances ; ÉNA mensuel).

Bernard Pêcheur présidera la session « Le droit, outil de légitimation ou garde-fou ? »

Intervenants de la session : Olivier Cayla (rapport introductif) ; Olivier Jouanjan ; Florin Turcanu ; Irène Carbonnier (d’hier à aujourd’hui)

Publications

  • Dans Pouvoirs, la revue française d’études constitutionnelles et politiques, n° 117, avril 2006, La fonction publique : entre le «Big Bang» et le statu quo ?
  • Dans les Cahiers de la fonction publique et de l’administration,
    • n° 280, juillet – août 2008, Un recrutement et une évolution de carrière déontologiques (interview)
    • n°258, juillet – août 2006, Les secrétariats généraux (collaboration au dossier)
    • n° 190, mai 2000, Les autorités administratives indépendantes (collaboration au dossier)
    • n° 180 et 181, juin 1999 et juillet – août 1999, La modernisation des services publics (en 2 parties)
    • n° 179, mai 1999, Les cabinets « ministériels et des exécutifs locaux »
    • n° 170, juillet – août 1998, Fonction publique territoriale : le rapport Schwartz
  • Dans le Courrier juridique des finances, mars 1998, Problèmes juridiques et pratiques de la codification (avec Guy Braibant)
  • Dans ENA mensuel, avril 2002, Bercy, un nouveau pôle économique et financier dans l’est parisien
  • Postface Histoire de la Fonction publique en France. (tome 3), Les XIXe et XXe siècles Nouvelle Librairie de France, 1993

Sources de ces informations : 1, 2 et 3

Mireille Delmas-Marty, Collège de France

CC Georges Seguin (Okki)Professeur honoraire au Collège de France (chaire Études juridiques comparatives et internationalisation du droit, 2002-2012), Mireille Delmas-Marty a été élue membre de l’Académie des sciences morales et politiques en 2007 au fauteuil numéro 1 de la section « morale et sociologique », en remplacement de Jean Cazeneuve.

Professeure des universités de Lille II (1970-1977), Paris XI (1977-1990) puis Panthéon-Sorbonne (jusqu’en 2002), elle y a créé l’UMR Paris I/CNRS de droit comparé qu’elle a dirigée de 1997 à 2002. Pofesseure invitée dans la plupart des grandes universités européennes, ainsi qu’aux États-Unis, en Amérique Latine, en Chine, au Japon et au Canada, elle a créé l’Association de recherches pénales européennes (ARPE) en 1991.

Mireille Delmas-Marty est responsable de la Revue de science criminelle et de droit pénal comparé depuis 1984 et participe au comité de rédaction de diverses revues juridiques nationales et internationales.

Par ailleurs, elle a assumé de nombreuses missions d’expert, notamment auprès du Président de la République (1992, révision de la Constitution), du ministre de la Justice (1981, réforme du Code pénal ; 1988, réforme de la procédure pénale) et de l’Union européenne (1996-1999, projet pénal dit Corpus Juris ; 1999-2005, comité de surveillance de l’Office de lutte anti-fraude).

Mireille Delmas-Marty prononcera la conférence introductive du colloque : « La marge et l’indérogeable, rétrospective et prospective« 

Attention : pour assister à cette séance inaugurale, qui se tiendra sous la présidence effective de M. le Président de la République, l’inscription est obligatoire en envoyant vos noms et prénoms à l’adresse suivante : colloquefairedeschoix@conseil-etat.fr. Les invités devront se présenter à partir de 16h, fermeture des portes à 17h.

 

Publications récentes

  • Les forces imaginantes du droit, 4 tomes, t.1 : Le relatif et l’universel ; t.2 : Le pluralisme ordonné; t.3 : La refondation des pouvoirs ; t.4 : Vers une communauté de valeurs ?, Paris, Le Seuil, 2004, 2013, 1470 p.
  • Résister, responsabiliser, anticiper. Ou comment humaniser la mondialisation, Paris, Le Seuil, 2013, 196 p.
  • Libertés et sûretés dans un monde dangereux, Paris, Le Seuil, 2010, 273 p.

Quelques entretiens

  • Entretien pour Les matins de France Culture de Marc Voinchet à l’occasion de la parution de Libertés et sûretés dans un monde dangereux (2010)


Mireille Delmas-Marty – les Matins par franceculture

  • Entretien à l’occasion de l’université d’été de l’Institut des hautes études pour la science et la technologie (2010)


Entretien avec Mireille Delmas-Marty par IHEST

Danièle Lochak, Université Paris Ouest – Nanterre La Défense

Docteur en droit et agrégée des facultés de droit, Danièle Lochak est professeur émérite de l’université Paris Ouest – Nanterre La Défense. Elle a été successivement professeur de droit public à l’université de Picardie et à l’université de Paris X-Nanterre, où elle fut responsable du DEA « Droits de l’homme et libertés publiques » (puis du master « Droits de l’homme »), directrice de l’Ecole doctorale de sciences juridiques et politiques et directrice du centre de recherches et d’études sur les droits fondamentaux (CREDOF). Ses recherches portent sur les droits de l’homme, les droits des étrangers et politiques d’immigration, les usages sociaux du droit et les questions d’égalité et discriminations.

Danièle Lochak présidera la session « Pratiques professionnelles et marges de manoeuvres  » – Intervenants de la session : Giovanni Focardi (rapport introductif) ; Julio Ponce Alberca ; Chantal Kesteloot et Benedicte Rochet ; Jean-Pierre Duport (d’hier à aujourd’hui)

 

Publications

  • Le droit et les paradoxes de l’universalité, Paris, PUF, 2010 ;
  • Le droit et les juifs en France depuis la Révolution, Paris, Dalloz, 2009 ;
  • Mutations de l’État et protection des droits de l’homme (Direction), Presse Universitaire de Paris X, 2006.
  • Contrôler les immigrés. Les droits des étrangers : un état des lieux, Le Cavalier Bleu, coll. Libertés plurielles, 2007
  • « Le «modèle républicain» dans le débat public. Usages rhétoriques et reconstitution mythique », in B. Badie, Y. Déloye, dir., Le temps de l’Etat. Mélanges en l’honneur de Pierre Birnbaum, Paris, Fayard, 2007 ;
  • « Désobéir à la loi », in Pouvoir et liberté. Etudes offertes à Jacques Mourgeon, Bruxelles, Bruylant, 1998 ;
  • « Ecrire, se taire ? Réflexion sur la doctrine française », in Le genre humain, n°30-31. Le droit antisémite de Vichy, 1996 ;
  • « Le juge doit-il appliquer une loi inique ? », in Le genre humain, n°28. Juger sous Vichy, 1994 ;
  • « La doctrine sous Vichy ou les mésaventures du positivisme » in Les usages sociaux du droit, Paris, PUF/Curapp, 1989.

Sources de ces informations bio-bibliographiques : 12

Bénédicte Rochet, Université de Namur

Assistante de cours – Doctorante au département Histoire de l’université de Namur, Benedicte Rochet achève actuellement une thèse de doctorat sur la propagande audiovisuelle du gouvernement belge en exil durant la Deuxième Guerre mondiale. De manière plus générale elle explore l’histoire des actualités filmées et du cinéma en Belgique ainsi que les rapports entre images et conflits mondiaux.

> En savoir plus

Gérer le « moindre mal » : l’administration de la Belgique occupée, 1940-1945 (avec Chantal Kesteloot)

« Accommodation, connivence ou refus total ? Expériences d’occupation en Belgique. En mai 1940, un ordre nouveau s’impose en Belgique. L’occupant prend place et installe sa propre administration militaire, ses conceptions et ses contraintes auxquels les Belges vont devoir s’adapter, une adaptation qui prendra des formes diverses allant de la connivence, de l’accommodation au refus total. Cette attitude est partiellement inspirée de l’expérience de la Première Guerre. Quelle va être l’attitude des plus hautes instances du pays avec le gouvernement en exil ? A quels impératifs et enjeux les fonctionnaires vont-ils être confrontés ? Quelles vont être les pratiques et stratégies administratives dans les différents départements ? Le cas belge apparaît-il comme singulier ? Qu’en est-il, par exemple, de la confrontation de l’administration à un régime d’occupation civile au Pays-Bas ou encore au Luxembourg où l’on assiste à une véritable annexion et germanisation ?« 

Publications

(avec A. Tixhon) La petite Belgique dans la Grande Guerre. Une icône, des images, Namur, Presses Universitaires de Namur, 2012, 468p.

« Plongée au cœur des prises de vues du service cinématographique de l’armée belge : un matériel visuel de la Grande Guerre à multiples usages », dans ROCHET B., TIXHON A., La petite Belgique dans la Grande Guerre. Une icône, des images, PUN, Namur, 2012, pp. 111-128.

« Esquisse d’une cinématographie wallonne : un cinéma de crises ? », dans ROEKENS A., TIXHON A., Cinéma et crise(s) économique(s). Esquisses d’une cinématographie wallonne, Yellow Now, Namur, 2011, pp. 15-28.

« Les actualités filmées, une arme de propagande opérante ? Les initiatives du gouvernement belge entre 1940 et 1945 », dans Revue belge d’histoire contemporaine, Bruxelles, XXXIX, 2009, 1-2, pp. 177-197.

« L’administration centrale belge : des fonctionnaires résistants et/ou patriotes », dans VANDENBUSCHE R. (dir.), Les services publics et la résistance en zone interdite et en Belgique (1940-1944), Lille, IRHIS, 2005, pp. 13-28.

Julio Ponce, Universidad de Sevilla

Profesor Titular Universidad de Sevilla (Tenured Lecturer. University of Seville), Julio Ponce is Political Hstory and History of the State spécialist. Principal Investigator of the R&D project titled « Central and Local Powers during Francoism » funded by the Spanish Government (Project Code: HAR 2010-19397).

> En savoir plus

Setting Early Francoism : Central and Local Authorities in Spain, 1939-1949

« Setting Early Francoism » focused its attention on the significance of changes as result of extreme situations. It will be examined the case of Spain after such extreme context as the Civil War was. Some main questions will be analysed: Did the Spanish state change radically during the unstable Tweintieth Century? Were their structures transformed deeply after the Civil War? Beyond violences and repressions, did the dictatorial regime change the relationship between central and local powers? Had the « New State » a real new local administration?« 

Publications

Ouvrages

Política, Instituciones y Provincias: La Diputación de Sevilla durante la Dictadura de Primo de Rivera y la IIª República (1923-1936), (Sevilla, Diputación Provincial 1999). Premio Archivo Hispalense 1997. ISBN: 84-7798-157-4.

Andalucismo, República y Socialismo. Hermenegildo Casas Jiménez (1892-1967), (Sevilla, Diputación-Ayuntamiento de Sevilla, 2002). ISBN: 84-7798-188-4.

Municipios y Libertad. Los ayuntamientos democráticos sevillanos, (Sevilla, Diputación Provincial-Caja San Fernando-Universidad de Sevilla, 2003). ISBN: 84-932804-5-3.

Guerra, Franquismo y Transición. Los gobernadores civiles en Andalucía (1936-1979), (Sevilla, Centro de Estudios Andaluces, 2008). ISBN: 978-84-691-6712-0

La UGT de Sevilla. De activistas subversivos a sindicato legal, (Sevilla, UGT-Junta de Andalucía, 2009). ISBN: 9788469228982

Gibraltar y la guerra civil española: una neutralidad singular (Sevilla, Universidad, 2009). ISBN: 9788447211654

El mundo del trabajo en la conquista de las libertades, (Jaén, Universidad, 2011). ISBN: 978-84-8439-578-2.

(edición junto a Enrique Aguilar): Memorias de José Cruz Conde. Notas de un asilo diplomático (Madrid, julio 1936-enero 1939), (Córdoba, Almuzara, 2011). ISBN: 978-84-153338-24-6.

Articles récents

“El papel de los gobernadores civiles durante la Transición. Una aproximación a través de la prensa andaluza” en III Congreso Internacional Historia de la Transición en España. El papel de los medios de comunicación, (Almería, Universidad, 2007). pp. 391-408. ISBN: 978-84-690-8496-0. (en colaboración con Diego Ramos).

Coordinación del dossier de la Revista de Historia Actual, nº8, vol. 8 (2010), pp.11-13. ISSN: 1697-3305. Propaganda, represión y censura durante el franquismo.
“La Guardia de Hierro rumana en la prensa española” (en colaboración con Pablo Selma). pp. 45-58

“Hermenegildo Altozano Moraleda. Un gobernador civil monárquico en la España de Franco” en Andalucía en la Historia nº 34 (Octubre 2011). ISSN: 1695-1956.

“No sólo represión. Dictadura franquista, conceptos históricos y categorías morales” en Hispania Nova. Revista de Historia Contemporánea nº 10 (2012). En colaboración con Irene Sánchez

« Difficult Years in the Ayuntamientos, 1969-1979. The Transition to Democracy in Spanish Municipalities » in Bulletin for Spanish and Portuguese Historical Studies. Journal of the Association for Spanish and Portuguese Historical Studies, vol 36 (2012). En colaboración con Carlos Sánchez, pp. 110.129. ISSN: 0739-182X.

“Joaquín Carlos López Lozano: periodista, político y ateneísta” en Archivo Hispalense, nums. 288-290 (2012).

Portavoces del régimen: el discurso oficial de los gobernadores franquistas (1939-1975), comunicación presentada al VIII Simposio Internacional de Historia Actual “De la guerra al consenso. El lenguaje de la Dictadura y de la Democracia en España”. Logroño, 20-22 octubre 2010.

“Poder, adaptación y conflicto. Gobernadores civiles e intereses locales en la España de Franco (1939-1975)” en SEGURA, Antoni, MAYAYO, Andreu y ABELLÓ, Teresa (eds.): La dictadura franquista: la institucionalización de un régimen, (Barcelona, Universitat de Barcelona, 2012), pp. 96-109. ISBN: 978-84-475-3553-8.

“La política local en España: de la Restauración a la guerra civil (1874-1936)”, conferencia en el Congreso de Historia de Carmona (septiembre 2011). Pendiente de publicación.

PONCE ALBERCA, Julio: Review of « Community and identity. The making of modern Gibraltar since 1704 », by Stephen Constantine, Manchester-New York, Manchester University Press, 2009, xiii 446 pp., 1 map, 18 figures, ISBN 978-0-7190-8054-8. Mediterranean Historical Review (in press).

Jean Massot, Conseil d’État

Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, licencié en droit et docteur ès sciences économiques, ancien élève de l’École nationale d’administration (promotion Saint-Just), Jean Massot est président de section honoraire au Conseil d’État où il a fait la majeure partie de sa carrière de 1963 à 2004. Ayant aussi occupé les fonctions de directeur administratif et financier du CNES, de directeur des études de l’IIAP, de directeur de la population et des migrations et de président de la Commission des recours des réfugiés, Jean Massot est actuellement membre de la CNIL et siège à la CADA. Il a été président du comité d’histoire du Conseil d’État et de la juridiction administrative de 2001 à 2012 et du comité scientifique de la Commission des archives constitutionnelles de la Ve République de 2002 à 2011.

Jean Massot présidera la première session « Prise du pouvoir et mise au pas »

Intervenants de la session : Didier Musiedlak (rapport introductif) ; Tal Bruttmann ; Donal O’Sullivan ; Denis Bauchard (d’hier à aujourd’hui)

Publications

  • Le chef de l’État, chef des armées, Paris, LGDJ, 2011 ;
  • Chef de l’État et chef du gouvernement : la dyarchie hiérarchisée, Paris, La Documentation française, 2008 (rééd.) ;
  • dir., Le Conseil d’État et l’évolution de l’Outre-mer français du XVIIe siècle à 1962, Paris, Dalloz, 2007 ;
  • (avec O. Fouquet, J.-H. Stahl, M. Guyomar), Le Conseil d’État, juge de cassation, Paris, Berger-Levrault, 2001 (rééd.) ;
  • « Le Conseil d’État et le régime de Vichy » in Deuxième Centenaire du Conseil d’État, La revue administrative, 2001, Vol. I, p.100 ;
  • dir., Le Conseil d’État de l’an VIII à nos jours. Livre jubilaire du deuxième centenaire, Paris, Adam Biro, 1999 ;
  • « La continuité de la procédure contentieuse administrative » in H. Bastien, dir., Rémanences du droit d’Ancien Régime dans la France contemporaine, Paris, Droz, 1998, p. 77-90 ;
  • L’arbitre et le capitaine – Essai sur la responsabilité présidentielle, Flammarion, Coll. Champs, 1987 (avec une préface de René Rémond).

Source de ces informations bio-bibliographiques

Marc Olivier Baruch, EHESS

Ancien élève de l’École polytechnique et de l’École nationale d’administration, Marc Olivier Baruch est historien de la France contemporaine, ses travaux portent plus particulièrement sur l’histoire comparée de l’État et de l’administration à l’époque contemporaine et sur l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Après avoir occupé depuis 1981 diverses fonctions dans les administrations centrales de l’État (ministère de l’Éducation nationale et ministère de la Culture) et au sein d’un cabinet ministériel, il rejoint en 1997 le CNRS en qualité de chercheur en histoire contemporaine. Il est directeur d’études à l’EHESS depuis 2003.

> En savoir plus

Personnes, institutions et réseaux : la difficile posture du cavalier seul, rapport introductif

_

_

Principales publications

Le Régime de Vichy, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 1996 (traduction allemande, Das Vichy-Regime : Frankreich 1940-1944, Reclam Verlag, 1999).

Servir l’état français. L’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, 1997.

direction, avec Vincent Duclert, de Serviteurs de l’État : une histoire politique de l’administration française, 1875-1945, Paris, La Découverte, 2000.

direction, avec Vincent Guigueno, de Le choix des X : l’École polytechnique et les polytechniciens 1939-1945, Paris, Fayard, 2000.

direction de Une poignée de misérables : l’épuration de la société française après la Seconde Guerre mondiale, Paris, Fayard, 2003.

direction, avec Vincent Duclert, de « Administrateurs et administrations sous la IVe République : une histoire politique », Revue française d’administration publique, n° 108,  2003.

direction, avec Philippe Bezes, de « Généalogies de la réforme de l’Etat », Revue française d’administration publique, n° 120, 2006.